Transition écologique : le risque climatique est aussi un risque financier

Editorial du « Monde ». Le théoricien de la communication canadien Marshall McLuhan affirmait que la nature du messager importait plus que le contenu du message lui-même. Ces dernières années, les messagers n’ont pas manqué pour alerter sur l’urgence de la lutte contre le changement climatique. Avec le succès relatif que l’on sait : la prise de conscience a fini par se faire, mais sans que les actes suivent à la même vitesse. Le fait que la Banque centrale européenne (BCE) s’empare à son tour du sujet donne au message une nouvelle dimension.

L’institution s’est livrée, mercredi 22 septembre, à un exercice inédit en publiant les résultats de différents scénarios pour mesurer l’impact du changement climatique sur l’économie européenne. Régulièrement, la BCE teste des hypothèses de crise financière afin d’évaluer la capacité de résistance du secteur bancaire. L’idée de ces « stress tests » consiste à envisager le pire pour mieux le prévenir. L’initiative d’intégrer l’environnement dans les facteurs de risques qui pèsent sur l’économie constitue une nouvelle étape dans la prise de conscience des enjeux climatiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La BCE alerte : ne pas agir pour le climat pourrait laminer l’économie européenne

Alors que les catastrophes naturelles se multiplient, la BCE veut attirer l’attention sur le coût économique de l’inaction. L’absence de mesures ordonnées pour décarboner l’économie pourrait amputer le PIB de l’Union européenne de 10 % d’ici à 2100, estime l’institution. La banque centrale évoque notamment une explosion des défauts sur les prêts accordés aux projets les plus exposés au risque climatique. Continuer à les financer alors que les réglementations en faveur de l’environnement vont rapidement les rendre obsolètes devient un aléa qui doit être pris en compte.

Réglementation laxiste

Cette alerte n’a rien de théorique. Malgré les discours rassurants des acteurs de la finance sur leur volonté de participer à la décarbonation de l’économie, la réalité est moins idyllique. L’exemple de la multiplication des forages pétroliers et gaziers dans le Grand Nord est édifiant. Grâce à des règles à géométrie variable, les établissements financiers parviennent à contourner les contraintes censées protéger l’Arctique, une région qui contribue à réguler le climat de la planète. Un rapport publié, le 23 septembre, par l’ONG Reclaim Finance montre que les projets pétroliers et gaziers continuent de prospérer grâce à des financements toujours aussi abondants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Arctique : comment les acteurs financiers soutiennent l’expansion pétrolière et gazière et alimentent la crise climatique

Les énergies fossiles sont responsables de 80 % des émissions mondiales de CO2, première cause du réchauffement. La finance constitue un levier essentiel pour contenir le phénomène. Or la réglementation actuelle reste laxiste, en accordant trop facilement des soutiens bancaires à des projets qui ne font que retarder l’atteinte des objectifs de l’accord de Paris.

Si le travail de la BCE va dans la bonne direction, l’institution ne doit pas se contenter d’être un lanceur d’alerte, mais elle doit aussi jouer son rôle de régulateur. Elle est déjà prête à devenir plus sélective dans ses rachats d’actifs selon des critères climatiques. L’efficacité de la mesure dépendra du calendrier d’application, qui doit être fixé en 2022.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Agir contre le dérèglement du climat devrait être un élément central de la stratégie de toute banque centrale »

L’institution pourrait aussi obliger les banques à provisionner davantage de capitaux pour tenir compte du risque climatique. Enfin, la création d’une structure de défaisance pourrait être envisagée afin d’aider les établissements financiers à se débarrasser des actifs les plus toxiques. Poursuivre au même rythme l’extraction des énergies fossiles est suicidaire sur le plan environnemental, il faut maintenant prendre conscience que cela devient aussi irresponsable du point de vue économique.

Le Monde