Transports : l’hydrogène est-il l’énergie verte de demain ?

Sept milliards d’euros. C’est le budget mis sur la table par le gouvernement pour son plan « Hydrogène ». Objectif : 10 % d’hydrogène produit à base d’énergies renouvelables à l’horizon 2023. Car, dans les transports, ce gaz a tout pour plaire pour limiter l’impact sur le changement climatique. Recharge rapide, confort de conduite, autonomie de 500 à 700 kilomètres selon les modèles… il aligne les points forts.

Mais il y a un hic : sur terre, l’hydrogène pur n’existe quasiment pas à l’état naturel. Il faut donc le fabriquer, par vaporeformage à partir d’hydrocarbures. On obtient alors de « l’hydrogène gris », mais il n’est pas très écolo. Autre méthode : l’électrolyse. On fait passer un courant électrique dans de l’eau. Résultat : de l’hydrogène vert, certes moins polluant mais beaucoup plus coûteux.

Si la technologie évolue, le manque de stations à hydrogène pourrait toutefois ralentir son développement. Aujourd’hui, la France ne compte que 25 stations. Alors, faire le pari de l’hydrogène, est-ce une bonne idée ? Où en sont les recherches ? L’hydrogène est-il « l’or vert » du XXIe siècle ?

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d’une série d’émissions sur les mobilités urbaines,en partenariat avec Toyota.

Le Monde