Trente entreprises européennes s’unissent pour promouvoir l’hydrogène vert

Le regroupement d’entreprises européennes HyDeal envisage de démarrer sa production d’hydrogène vert en Espagne en 2025.

Ils y travaillent ensemble « discrètement » depuis plus de deux ans. Regroupés en collectif, trente industriels européens de l’énergie ont uni leurs recherches en vue de promouvoir sur le Vieux Continent l’hydrogène vert à des prix compétitifs. Nommée « HyDeal Ambition », leur alliance rassemble des groupes comme Vinci Construction, Falck Renewables, Hydrogène de France ou encore Gazel Energy, et les espagnols Enagas et Naturgy. Leur pari : abreuver l’Union européenne avec cette énergie encore peu disponible au prix de 1,5 euro le kilo, à parité avec l’hydrogène extrait à partir d’énergies fossiles.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En Europe, l’opération survie de l’industrie lourde

Côté feuille de route, HyDeal envisage de démarrer sa production en Espagne en 2025. Avec l’objectif d’atteindre, en 2030, près de 3,6 millions de tonnes d’hydrogène à partir de 95 gigawatts de solaire couplés avec 67 gigawatts d’électrolyseurs. Selon le consortium, ces volumes seront produits dans le sud de l’Europe et consommés en Espagne, en France, en Allemagne et dans d’autres pays européens.

Dix fois plus d’énergie qu’un EPR

« L’enjeu de la révolution énergétique réside dans la rapidité de sa mise en œuvre et les volumes générés », rappelle Thierry Lepercq, porte-parole du consortium et patron de Soladvent, une entreprise appartenant au consortium : « HyDeal sera trois fois plus rapide à mettre en place qu’un réacteur de troisième génération (EPR) et générera dix fois plus d’énergie », affirme celui qui fut aussi fondateur de Solairedirect et ancien directeur général adjoint d’Engie chargé de la recherche, de la technologie et de l’innovation. D’après lui, ces objectifs, qui semblent faramineux, seraient atteignables « grâce à la compétitivité du photovoltaïque en Espagne » et aux « économies d’échelle attendues dans la fabrication d’électrolyseurs au sein de gigafactories, dont les annonces se multiplient ».

Audacieux, le projet a déjà retenu l’attention de plusieurs industriels. En Espagne, Lakshmi Mittal, président d’ArcelorMittal, compte déjà sur cet hydrogène à bas coût pour décarboner ses hauts-fourneaux de Gijon.