Trois livres de cuisine pour manger mieux

Sauver la planète en restant dans sa cuisine ? C’est possible ! Chefs, « alterfoodists », influenceurs se sont lancés dans ce combat qui met du sens sous la fourchette. Voici notre sélection des dernières parutions pour mettre vos fourneaux à contribution.

Mettre du vert dans ses classiques

Composer un burger riche en protéines mais sans viande, se passer de l’avocat pour cuisiner un guacamole, tenter un « gaspachiche » ultranourrissant… Ce bouquin malin présente soixante grands classiques mais dans des formes décoiffantes, pour limiter leur impact sur l’environnement. La chef Caroline Vignaud, derrière l’ouvrage, connaît son affaire puisqu’elle propose depuis cinq ans avec la société FoodChéri des livraisons de repas mettant en pratique une cuisine durable.

Plus qu’une simple accumulation de recettes (plutôt simples et rapides), son livre donne en préambule des conseils judicieux pour se préparer à l’alimentation du futur, qu’elle anticipe végétale et non transformée. Mais le ton, rigolard, n’est jamais dans la culpabilisation. On invite plutôt ici à s’appuyer sur les nouvelles contraintes pour redevenir créatif et s’amuser. D’ailleurs, les dernières pages sont truffées de jeux et proposent même des mots mêlés.

« Et si on mangeait mieux demain ? », de FoodChéri (Marabout, 167 p., 16,90 €).

Redécouvrir les saisons

Halte aux fraises en hiver ! Ce beau bouquin salvateur vise à remettre les pendules à l’heure et à rendre aux produits leur saisonnalité. Le découpage simple mais efficace (hiver, printemps, été, automne et hors saison) renvoie chacune des 85 recettes proposées au meilleur moment pour les réaliser.

On se régale avec de belles propositions : pâtes au pesto d’épinard, poulpe à l’oriental, gâteau aux poires épicées… Et, s’il y a des évidences, on (re)découvre que les poissons ont aussi une saisonnalité (la dorade sauvage se trouve à partir de février mais est à sa pleine saison au printemps), de même que les fromages (le maroilles, étonnamment, se déguste entre mai et août).

Lire aussi Savez-vous à quelle période de l’année cuisiner ces légumes et fruits frais ?

Derrière l’autrice Marine Néglot, il y a Pourdebon, un collectif de petits producteurs et d’artisans français dont l’ouvrage propose quelques portraits en marge des recettes. Un carnet d’adresses présente également une sélection de maraîchers, bouchers ou poissonniers pour faire ses courses en toute sérénité.

« Manger pour de bon », de Marine Néglot (W. books with passion, 269 p., 29 €).

Miser sur la cuisine végétale

Alice Roca, qui cartonne sur les réseaux sociaux, transpose l’univers de son blog Alice in Food sur le papier. Derrière la couverture de son livre à l’ancienne, tendue de tissu, une fenêtre ouverte sur le petit monde culinaire de cette styliste, ex-Parisienne, qui a fait son retour à la terre dans une vaste propriété normande. On n’est pas obligé d’adhérer à l’esthétique proprette et vintage de la blogueuse pour apprécier son livre qui propose de cuisiner « en conscience » en revenant aux fondamentaux.

Il vous reste 19.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.