Un Centre Pompidou ouvrira d’ici à 2024 près de New York

Le Pathside Building, à Jersey City, dans la banlieue de New York, le 2 juin. C’est ici que doit s’installer le futur Centre Pompidou américain.

Le Centre Pompidou poursuit sa politique d’exportation. Après Metz, Malaga, Shanghaï ou Bruxelles, il y aura donc Jersey City. Le musée d’art moderne et contemporain parisien a noué un partenariat avec cette ville de la banlieue new-yorkaise, pour y ouvrir d’ici à 2024 un centre d’exposition, ont annoncé vendredi 4 juin la ville et le musée.

« Le continent américain était pour nous un objectif d’un intérêt évident », a affirmé à l’Agence France-Presse (AFP)Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou. « Dans le domaine de l’art contemporain, l’Amérique, c’est crucial », sans compter que « nous sommes complètement imprégnés de culture américaine ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans la foulée de la visite de Macron en Chine, le Centre Pompidou veut s’y faire un nom

Située sur la rive ouest du fleuve Hudson, face à Manhattan, Jersey City est une ancienne ville industrielle en pleine transformation depuis les années 1980. Le partenariat est né d’une rencontre avec les élus de la ville, par l’intermédiaire de l’agence OMA, le cabinet d’architecture de Rem Koolhaas, a expliqué M. Lasvignes.

« Un lieu un peu vierge »

« Nous n’avons pas fait d’appel d’offres pour une installation aux Etats-Unis », a-t-il confié « Honnêtement, pour nous, il est beaucoup plus intéressant de travailler avec Jersey City, qui est un lieu un peu vierge de ce point de vue, que d’aller dans un endroit où l’offre est considérable », comme New York. La métropole américaine compte déjà deux musées majeurs d’art contemporain, le MoMA et le Whitney, complétés par l’offre d’art contemporain du Metropolitan Museum et du Guggenheim.

Lire le récit : Le Centre Pompidou et Malaga prolongent leur collaboration

Ces dernières années, Jersey City attire un nombre croissant d’artistes, avec l’augmentation vertigineuse des loyers à New York. Comme pour les précédents partenariats noués par le Centre Pompidou, c’est la ville qui prendra en charge la création du lieu, son exploitation et les coûts associés. Le Centre Pompidou, qui fournit son ingénierie, sa marque et ses collections, recevra une compensation financière, dit M. Lasvignes.

Une ancienne gare de tramway

Jersey City prévoit d’héberger le nouvel espace – qui accueillera arts visuels, architecture, design et spectacle vivant – dans le Pathside Building, un bâtiment d’environ 5 400 m2 construit en 1912, autrefois gare de tramway. Le lieu « est destiné à devenir l’une des plus importantes attractions culturelles d’Amérique du Nord », a affirmé le gouverneur du New Jersey, Phil Murphy, dans un communiqué.

La culture doit agir comme « un levier » pour « enrichir l’image » de la ville, « développer une collectivité et faire en sorte que les gens vivent mieux ensemble », selon M. Lasvignes. Le projet aura ainsi également une dimension sociale.

Avec ces partenariats, explique le président du centre, « la stratégie consiste à ne pas être spectateur passif, mais à s’inscrire dans ce mouvement de globalisation de l’art contemporain, en nous rendant nous-mêmes sur un certain nombre de scènes ».

Lire la critique : Au Centre Pompidou, les femmes ont un fort pouvoir d’abstraction

Le Monde avec AFP