Vers un impôt minimal mondial : posez vos questions à la suite du G7

Samedi 5 juin, à l’issue d’une session de négociations de quarante-huit heures, les ministres des finances de sept des plus grandes puissances économiques de la planète – Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Allemagne, France, Italie et Japon – ont témoigné leur « fort soutien » à un « impôt minimal mondial » ainsi qu’à une allocation « équitable », entre les pays du Nord et ceux du Sud, des « droits à taxer » les profits des très grandes entreprises.

Il s’agit d’un pas de géant vers l’instauration d’un taux minimal mondial d’imposition d’au moins 15 % des plus grosses multinationales et, plus largement, d’une fiscalité taillée pour le XXIe siècle, adaptée à la mondialisation et au numérique. Cet accord du groupe des sept grandes puissances a été qualifié d’« historique » par le chancelier de l’Echiquier britannique Rishi Sunak, qui présidait la rencontre en tant que pays organisateur du G7.

Ces négociations ouvrent la perspective très concrète, pour les Etats, de parvenir enfin, après des années d’impuissance, à ramener dans leur giron les profits délocalisés dans les paradis fiscaux par les géants de l’industrie, des services et du numérique, les fameux GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon).

Le compromis trouvé représente la promesse d’un accord plus large au sommet du G20 finances des 9 et 10 juillet, à Venise, où se jouera véritablement l’avenir de cette réforme. La finalisation du projet aura été préalablement discutée, les 30 juin et 1er juillet, par le cadre inclusif de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une formation qui regroupe 139 pays riches et émergents.

Quels sont les enjeux d’un tel accord ? Quelles sont les critiques faites concernant ce taux minimal mondial d’imposition ? Comment réagissent les grandes entreprises concernées ? La journaliste et enquêtrice du Monde Anne Michel répond à vos questions à partir de 15 heures.

Nos articles sur le sujet :

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le G7 finances fait un pas historique vers une réforme de la fiscalité mondiale
Lire l’éditorial : Un accord prometteur sur la fiscalité mondiale
Lire la tribune : « Une formidable opportunité d’enterrer le modèle économique des paradis fiscaux »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec l’impôt minimal mondial, les pays du G7 espèrent la fin des paradis fiscaux