Vivendi annonce une offre publique d’achat sur Lagardère, par l’acquisition des parts d’Amber Capital dans le groupe

Le groupe Vivendi, contrôlé par Vincent Bolloré, a annoncé, mercredi 15 septembre, qu’il comptait acquérir la participation de près de 18 % du fonds Amber Capital dans le groupe Lagardère, et son intention de déposer un projet d’offre publique d’achat (OPA) pour acquérir le solde du groupe propriétaire d’Hachette et Europe 1.

Lire notre récit, au mois de juin : Arnaud Lagardère, le calme avant la tempête

L’opération annoncée à un prix par action de 24,10 euros, soit environ 20 % de prime par rapport au cours actuel, est soumise à l’autorisation de plusieurs autorités, dont le Conseil supérieur de l’audiovisuel et la Commission européenne, en raison des risques de concentration dans les secteurs de l’édition et des médias. Vivendi se donne jusqu’au 15 décembre 2022 pour la réaliser.

Avec la part d’Amber, Vivendi se retrouverait propriétaire de 45 % du capital et 36 % des droits de vote de Lagardère, ce qui l’oblige à déposer une offre publique sur le solde des actions. Les autres principaux actionnaires sont Arnaud Lagardère, Bernard Arnault (Financière Agache) et le fonds souverain du Qatar.

Conséquence de la fin du statut de commandite

« Conformément aux accords passés le 10 août 2020, Amber Capital a informé Vivendi qu’elle souhaitait céder la totalité de ses actions Lagardère et a invité Vivendi à lui faire une offre d’achat », écrit Vivendi dans un communiqué, avant de préciser que « la signature de ce contrat n’affecte pas les accords d’actionnaire qui ont été conclus par les principaux actionnaires de Lagardère dans la perspective de sa transformation en société anonyme ».

Fin avril, le groupe Lagardère avait annoncé la fin du statut de commandite de l’entreprise, qui donnait à Arnaud Lagardère un pouvoir de direction exclusif. Le fils de Jean-Luc Lagardère, qui avait décidé de cette structure en 1992 pour empêcher tout OPA sur son groupe, avait accepté d’y renoncer en échange de 10 millions de titres de la société et occupe depuis le poste de PDG de la nouvelle société anonyme. Arnaud Lagardère avait ainsi fait augmenter sa participation dans le groupe – de 7 % à 14 % – mais ouvert le droit à des rachats massifs d’actions entre actionnaires, comme celui désormais projeté par Vivendi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Joseph Oughourlian, l’homme qui veut renverser Lagardère

« Cette cession marque l’aboutissement d’un long processus et d’une stratégie d’investissement dont les objectifs ont été atteints », a déclaré dans un communiqué distinct Olivier Fortesa, associé gérant d’Amber Capital, le fonds britannique qui avait initié la fronde contre la gouvernance de Lagardère. « Nous avons toute confiance en la capacité de Vivendi, qui est l’un des plus grands acteurs industriels français, à poursuivre le développement du groupe dans tous ses métiers », a ajouté Joseph Oughourlian, fondateur d’Amber Capital.

Écouter aussi Bolloré : les coulisses d’un empire médiatique

Le Monde