Voici la montre Tudor la plus précise jamais produite (et en céramique)

NOUVEAUTÉ – Voici une surprise qui débarque en boutique sans attendre: une nouvelle Black Bay en céramique noire au mouvement maison doublement certifié, qui ne sera jamais en retard.

Pourquoi en faire plus quand on n’a déjà rien à prouver? C’est la question que l’on se pose quand on découvre la toute dernière surprise horlogère de Tudor, l’une des marques horlogères à succès du moment. Il faut dire que son site de production du Locle (Kenissi, partagé avec Chanel Horlogerie) était sans doute le meilleur endroit qui soit pour peaufiner dans le plus grand secret cette nouvelle Black Bay Ceramic. Son look totalement noir, du boîtier au mouvement, devrait plaire à l’équipe de rugby préférée de la marque. Mais il rappelle aussi aux amateurs d’horlogerie une pièce unique adjugée pour la bonne cause lors de la dernière vente Onlywatch de 2019. Une pièce qui avait alors été adjugée la bagatelle de 320 000 euros.

Tudor

Rassurez-vous, celle-ci est proposée à «seulement» 4400 euros, avec deux bracelets, en tissu et en cuir doublé caoutchouc, au motif «Snowflake» à l’intérieur.Tudor reste fidèle au fait d’en donner plus pour moins cher que d’autres (que nous ne citerons pas par mansuétude). Après avoir dégainé il y a peu d’étonnantes versions au boîtier en or ou en argent de sa Black Bay 58, Tudor poursuit donc son entrée en matière par une nouvelle création qui étonne et détonne. D’abord, et c’est visible d’emblée, par le recours à la céramique monobloc noir mat pour son boîtier et le disque de lunette tournante à graduation gravée. Mais aussi par son nouveau calibre Manufacture MT5602-1U doté d’un spiral amagnétique en silicium. Un mouvement affichant heures, minutes et secondes (pas de date ici), au rotor en tungstène monobloc noir ajouré et satiné.

Le Figaro

Mais sa finition sombre n’est pas ce qui se voit le plus. Étonnamment, alors que Tudor propose déjà des mouvements à la qualité certifiée par le très exigeant label COSC, cette Black Bay Ceramic est aussi certifiée par le METAS, Institut fédéral suisse Métrologie. Une nouvelle certification dont, pour être sincère, nous n’avions jamais entendu parler avant qu’Omega n’y ait recours en 2015 pour certifier ses montres, qui sont donc doublement certifiées. «C’est dans une logique d’amélioration constante du niveau de qualité de ses produits que Tudor a soumis avec succès son modèle Black Bay Ceramic au protocole de tests de la certification Master Chronometer», explique-t-on du côté de la marque à la rose.

Tudor

Quel intérêt? D’une part, quand le COSC contrôle les mouvements Swiss Made, la certification Master Chronometer contrôle la montre entière, une fois le mouvement emboîté. Ensuite, leurs tests et critères d’exigence diffèrent et se complètent. Ainsi, la certification par le Contrôle Officiel Suisse de des Chronomètres effectué sur les mouvements Chronomètre accepte un écart de -4 / +6 secondes par jour. la certification METAS, elle, ne tolère aucun retard, avec une norme de 0 / +5 secondes par jour, mais aussi 5 secondes de moins que le COSC. Sa précision est testée à deux températures, dans six positions et à deux niveaux d’armage (ou de réserve de marche), 100% et à 33%.

En ces temps d’omniprésence des aimants dans notre quotidien, ces montres sont aussi soumises à des champs magnétiques de 15000 gauss, niveau que nul d’entre nous ne rencontrera jamais. Cette montre d’un diamètre sage de 41 mm est par ailleurs certifiée étanche à 200 mètres, et son autonomie de 70 heures est également certifiée.

Johann Sauty

Au final, voilà de quoi faire de cette nouvelle Black Bay Ceramic, disponible en boutique le jour même de l’annonce de sa sortie, la plus performante des montres de la marque à ce jour, mais aussi l’une des affaires du moment pour les amateurs de belle montre fiable, à un prix largement en dessous des autres modèles en céramique dotés d’une telle double certification. Une pièce qui ne sera jamais en retard, accessoirement, ce qui est au fond la moindre des politesses, pour un garde-temps…

Tudor