Xavier Niel et CMA-CGM vont s’affronter pour « La Provence »

Les locaux du quotidien « La Provence » en 2013.

Moins de trois semaines après le décès de son actionnaire principal Bernard Tapie, les appétits s’aiguisent autour de La Provence. NJJ, la holding de l’homme d’affaires Xavier Niel, fondateur de Free et actionnaire à titre individuel du groupe Le Monde, a officialisé ce jeudi 21 octobre lors d’un comité social et économique (CSE) extraordinaire, tenu à Marseille, son intention de prendre les commandes du groupe de presse.

Lire aussi Mort de Bernard Tapie, un homme aux mille vies

« Conformément à nos échanges avec Bernard Tapie, nous avons confirmé récemment aux différentes parties prenantes notre volonté de faire valoir nos droits au titre du pacte d’actionnaires qui unit GBT [Groupe Bernard Tapie] et NJJ » explique Anthony Maarek, représentant de M. Niel, dans un communiqué lu devant le CSE par le PDG de La Provence, Jean-Christophe Serfati. Propriétaire depuis 2019 de 11 % du capital du journal marseillais, Xavier Niel avait négocié avec l’ancien président de l’OM, un droit de préemption sur les 89 % restants détenus par GBT, ainsi qu’une clause d’agrément, lui permettant de refuser tout nouvel entrant. C’est ce droit qu’entend mettre rapidement en action NJJ.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Xavier Niel repreneur naturel des journaux de Bernard Tapie

Le processus de prise de contrôle pourrait toutefois s’avérer plus complexe, en raison notamment de la situation juridique des sociétés de Bernard Tapie. Depuis avril 2020 et l’annulation de l’arbitrage dans l’affaire du Crédit lyonnais, condamnant l’homme d’affaires à rembourser quelque 400 millions d’euros à l’Etat, ces sociétés, dont le groupe La Provence, sont placées sous la tutelle d’un liquidateur judiciaire, rattaché au tribunal de commerce de Bobigny, et dont l’objectif est de valoriser au mieux les avoirs de GBT.

Un bel horizon

Lors du CSE, l’administrateur qui gère La Provence, Frédéric Avazéri, a confirmé que la vente des actions détenues par GBT dans l’entreprise ferait l’objet d’un « processus concurrentiel », expliquant aux représentants du personnel qu’un appel d’offres devait être rapidement lancé. Une première date de dépôt des offres intervenant dès le 30 novembre 2021. Selon la CGC-Journalistes, la valeur de l’entreprise a été estimée entre 45 et 60 millions d’euros par une première expertise. Une seconde analyse doit intervenir dans les prochains jours.

La réunion du CSE a également permis de confirmer que Xavier Niel n’était plus le seul candidat à la reprise. Comme l’a révélé un article de La Lettre A, Rodolphe Saadé, président-directeur général du groupe CMA-CGM, un des leaders mondiaux du transport maritime et de la logistique, a adressé une lettre d’intérêt au liquidateur judiciaire du groupe Bernard Tapie. Ce grand patron marseillais y exprime son intention de participer à l’appel d’offres.

Il vous reste 43.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.